16 mai 2015

L’armé

armé

Faites donc cher ami, armez-la…
Si telle est votre preuve d’amour pour moi.
Ne vous souciez point de mon trauma
Vous êtes l’armé, vous êtes la loi.

Peu importe si je sais aligner des mots.
Il m’est plus important de rester muet.
Autrement, votre arme s’amusera à me museler
De son canon, de sa crosse et de quelques maux.

Alors, immobile, je vous observe et me tais.
Je vous déteste mais affiche de la peur
Au moins, votre petit ego en sera flatté.

Mais mon vrai désir triomphe en mon cœur
« Je ne veux plus vous voir dans ma ville »
Mais je ne puis vous le dire, je suis un civil.

 

Par Stéphane

Partagez

Commentaires

Albert KAMDEM
Répondre

tres beau pome... comme toujours.

rima moubayed
Répondre

Trop beau. Trop sincère et touchant, comme d'habitude. Merci pour cette poésie limpide et pure

Papy
Répondre

beau quoi !